Image de Baptiste Orieux sur le Pacific Crest Trail

Au sommet du PCT

Ça y est, je suis tombé amoureux de la Sierra. J'ai très mal dormi cette nuit. J'étais congelé toute la nuit a cause du froid ! Ce qui est fou car j'étais dans ma tente, et j'avais pas mal de couches sur moi dans mon sac de couchage... Je ressens la fatigue des trois dernières courtes nuits. Je me lève a 7h alors que la moitié du groupe est déjà partie. Le trail descend jusqu'en bas de la vallée où se trouve une rivière. Ça y est, le trail devient dangereux. Le courant est fort, l'eau est glaciale et arrive a hauteur de genoux. Ce n'est pas très haut, mais c'est déjà bien suffisant pour déstabiliser un hiker avec 15kg sur le dos. Une chute risque d'entrainer une hypothermie. Mes pieds étaient très douloureux lorsque je traversait a cause du froid ; pratiquement intenable. Puis le trail remonte progressivement, traversant de superbes plaines et s'enfonçant dans une vallée entourée d'immenses montagnes. Enfin ! J'aperçois Forester Pass, tout au fond de la vallée, très haut. C'est le point culminant du PCT. La montée jusqu'au pied de ce col est très longue. Je dois traverser des plaques de glace et de neige. Je manque de tomber plusieurs fois. Il fait bon mais le vent est très froid. Arrivé au pied du col, après avoir marché le long de 3 lacs gelés, j'entame les lacets. Ils sont serrés et montent très rapidement. Je commence a ressentir un manque d'oxygène dans cette abrupte montée. Des plaques de glace rendent la montée dangereuse et difficile. Puis j'arrive a l'endroit que j'attends depuis plus d'un an : la plaque de neige quelques mètres avant le sommet. Cette partie du PCT est l'une des plus dangereuse. Sur quelques mètres a peine, il faut traverser une plaque de neige verglacée et penchée de 20cm de large maximum avec d'un coté le vide, de l'autre, un mur de neige. Il n'y a rien pour se retenir. Je m'avance donc tout doucement sur ce chemin, assurant chacun de mes pas et utilisant mes bâtons pour me stabiliser. En plein milieu, je m'arrête. C'est l'heure de la photo et de la vidéo ! Puis je termine cette traversée riche en émotions et j'atteins le sommet : 13200ft. Derrière moi se trouve une immense vallée de plateaux et de lacs gelés. Face a moi se trouve une immense vallée enneigée entourée de monstrueuses montagnes impossible a escalader. Un paysage somptueux ! Je grignote un peu : depuis ce matin, je n'ai mangé que deux barres chocolatées et un babibel. Je suis obligé de me retenir de manger pour atteindre VVR sans ravitaillement. J'ai retrouvé l'ensemble du groupe au sommet ! Puis on entame la descente. Dès les premiers mètres, on arrive a notre première "rampe de glissading". Qu'est-ce ? Un endroit sur le côté du trail où quelqu'un s'est assis puis s'est laissé glisser sur les fesses laissant derrière lui une belle rampe réutilisable. L'intérêt ? Descendre très rapidement, sans se fatiguer, et avec beaucoup de fun de longues descente. La montagne est tellement abrupte s'il suffit de s'assoir et on glisse tout seul. Deux gars se lancent dans une course sur deux rampes cote a cote et s'envoient des boules de neige en même temps. Puis je me lance. Je vais très vite ! C'est tellement amusant ; plus rapide et contrôlable qu'une luge, je descend a une vitesse folle presque 100m de dénivelé ! On a continué a marcher quand soudain, Scrambler nous annonce qu'il est possible de "glissading" une fois de plus pour répondre le trail encore plus bas. Il n'y avait aucune rampe donc personne ne l'avait fait là. Pas de soucis ! On en créer une. En on recommencera une troisième fois un peu plus loin. On s'arrêtera a coté d'un lac a moitié gelé d'une superbe couleur bleu où trois garçons du groupe plongeront et ne resteront dans l'eau que 10s. Enfin, le trail descend dans la vallée. Une très longue descente. Très très longue. Les plaques de neige sont en plein soleil depuis ce matin donc on s'enfonce très facilement. C'est vraiment dangereux et fatiguant de marcher sur ce genre de terrain. Une fois mon pied est enfoncé jusqu'à ma hanche et une pierre ma blessé la cheville. Néanmoins, après quelques étirements, j'arrive a reprendre la route. A 5 reprises, je tomberai en glissant sur la glace. Alors que je marchais dans la forêt, en plein milieu du trail, au loin, j'aperçois un grand drapeau canadien. Puis un drapeau américain, et enfin un drapeau mexicain. Perdu, j'avance jusqu'à voir un panneau indiquant que j'allais devoir montrer mon permis d'entrée au Canada. Puis un homme étrangement vêtu en rouge avec deux chapeaux sur la tête m'accueil d'un grand sourire, me tend un paquet avec des chips et des barres chocolatées, et me souhaite la bienvenue au Campement. Un autre homme vient, me souhaite la bienvenu et me fait un câlin. Il s'agit d'un campement de trail angels. Tous les ans, ils sont une dizaine a venir le temps d'un week-end, bénévolement et en donnant de l'argent de leur propre poche pour faire de la trail magic. Ils louent des anes pour apporter toute cette nourriture au milieu de nul part. J'ai le droit a une clémentine, deux fresbee de spaghetti bolognaise (c'est leurs assiettes), 4 carottes, des barres chocolatées et 7 tortillas au nutella. Moi qui n'avait pratiquement rien mangé et qui suis juste en nourriture, c'était parfait !!! On fête l'anniversaire d'un hiker, ils jouent de la musique puis ils nous donnent une carte postale et propose de l'envoyer gratuitement. C'est tellement magique que je décide de rester là pour la nuit au lieu de faire les deux autres miles que j'avais prévu... Demain, j'aurai le droit au petit déjeuner !

Article suivant Article précédent

Newsletter

Pour être au courant de mes prochaines aventures, inscrivez-vous à ma newsletter ! Vous recevrez un à deux mails par mois.

Votre adresse a bien été ajoutée